Essai publié le

Essai Triumph Bobber 1200 - Burn to be wild

Texte de Marc / Photo(s) de Malo Liechti
Imprimer cet article

Avec son Bobber, Triumph revient aux fondamentaux de la moto : un moteur, deux roues, une selle et un guidon ! N’y a-t-il pas un adage qui dit que pour atteindre le nirvana il faut faire fi du superflu ?

La Triumph Bonneville Bobber est un retour aux origines pour le constructeur anglais. En effet, alors que dans nos esprits Custom rime avec Harley, les origines du Bobber remontent dans les années 30, quand ce type de custom est apparu et que l’idée était d’alléger un maximum une moto en ôtant tout le superflu pour améliorer ses performances. Déjà à l’époque la maxime « light is right » faisait des émules.

Et aujourd'hui ? Bah il suffit de regarder les yeux de merlan frit du premier venu lorsqu'il les pose sur le Bobber… moi le premier ! C'est simple, sobre et efficace. Au passage, vous noterez que le nom de Bobber est du genre masculin.

De la classique Bonnevile, le Bobber conserve le bicylindre parallèle de 1200cc, la partie avant du cadre en acier, un seul des deux disque de frein et… voilà pour la partie-cycle. En ce qui concerne les commodos, et l’électronique, ils sont communs aux deux modèles.

L’essentiel de l'âme du Bobber se concentre sur son arrière-train et pour une fois, on se pavoisera devant un arrière de… mâle ! Tronqué à l’extrême, doté d’une selle rigoureusement monoplace, cet arrière fait 0% de concession ! Sur notre modèle d’essai, le pare-boue arrière US, encore raccourci par rapport à l’origine et surmonté du petit logo « T » de Triumph sublime encore cet arrière-train masculin. Non je n’ai pas viré de bord, mais… c’est beau !

En lançant le regard vers l’avant, on tombe sur la cathédrale mécanique. Le vertical twin doté de larges ailettes respire la puissance et le couple. Gavé, mais raisonnablement pour répondre aux normes Euro4, par une injection électronique déguisée en vieux carbus, Mon Bobber d’essai faisait ses vocalises au travers de deux magnifiques tubes d’échappement Vans&Hines noir mat.

On notera que le Twin fait appel à un (petit) refroidissement liquide pour justement respecter un peu plus les normes anti-pollution en faisant baisser les nombreuses calories diffusées par les deux grosses gamelles de 600cc chacune.

La finition du Bobber est tout simplement exceptionnelle et on se prendrait presque à croire qu’il s’agit d’une pièce unique qui sort d’un petit atelier. Ce d’autant plus que le catalogue des accessoires disponibles est à peu près aussi fourni que celui d’un constructeur de meuble suédois (il y en a plus de 150).

A ce propos vous apprécierez les deux petites sacoches présentes sur le modèle d’essai. Elles ne vous permettront pas de partir en vacances, d’ailleurs votre séant n’en sera pas capable mais on y reviendra, toutefois vous pourrez au moins y installer deux pintes pour déguster une bière fraiche en cours de route.

En ce qui concerne les aspects pratiques il faudra repasser, un Bobber c’est fait pour être beau(ber) et basta ! Nul besoin de 12 trips au compteur, de l’affichage de la température ambiante, du cruise-control, …. Cependant, comme aujourd’hui on ne badine pas avec la sécurité, la Triumph est tout de même dotée de l’anti-patinage (fort heureusement déconnectable) et de l’ABS (ça aussi on y reviendra…).

Bon, on ne va pas cacher la m… au chat, le Bobber est une moto valorisante pour son pilote. On l’achète pour se faire plaisir, parce que c’est une belle machine et aussi parce qu’elle est… valorisante ! Faire le test est simple, posez un Bobber devant une terrasse de pub ou au centre-ville et vous verrez qu’un bon nombre de passants risque le torticolis en passant à côté.

Bon et en vrai ça donne quoi ?

Alors déjà, pas besoin de porter un patronyme norvégien ou suédois pour monter (ou plutôt descendre) à bord du Bobber, sa hauteur de selle culminant à 69 cm. Bon on (re)notera que la Triumph est une moto d’égoïste et que vous ne pourrez JAMAIS emmener madame faire un tour ou acheter un sac à main chez Vuitton avec (votre carte de crédit vous remerciera). Après il suffit de tendre un tantinet les bras pour prendre les commandes et se rendre compte qu’elles sont faite pour de bonnes pognes, le diamètre étant important. Les leviers sont faciles d’accès et à actionner pendant que tous les boutons tombent bien sous les doigts. Le bloc compteur se réduit à sa plus simple expression, et honnêtement il n’y a pas besoin de plus.

Une pression sur le démarreur et… le vertical twin gronde au travers des échappements Vans&Hines comme orage un soir d’été. C’est beau et pourtant c’est homologué ! Quelques coups de gaz dans le vide démontrent que les good vibrations ne sont pas que l’apanage d’une célèbre marque américaine. On (enfin je vu que le Bobber est monoplace) engage la première et roulez jeunesse.

L’embrayage est doux, la boîte 6 répond du tac au tac et le moteur tracte dès les bas régimes. En fait c’est même ce qu’il préfère, les reprises en bas accompagnées d’un coup de pied au cul digne d’un 48 fillette d’un basketballeur anglais. Impossible de se lasser de ces relances, j’en joue en laissant la vitesse se réduire puis en remettant une grosse louche de charbon dans la chaudière du Titanic, euh pardon du Bobber.

Par contre, le premier freinage a failli être le synonyme de gros frais… l’unique disque avant peinant à arrêter le poids de la bête, j’ai dû tirer soudainement fort sur la poignée droite et comme la route était passablement bosselée, l’ABS s’est déclenché, rallongeant d’autant la distance de freinage… je peux vous dire que j’ai vu le devis défiler devant mes yeux en voyant le pare-chocs de la Twingo se rapprocher dangereusement ! Honnêtement, même si le look est gagnant, il aurait été judicieux à mes yeux de doter le Bobber d’un deuxième disque de frein avant, comme sur la Bonneville.

Malgré les calories dispensées par le vertical twin, le Bobber est à l’aise en ville. En fait, c’est même son terrain de jeux ! Tout d’abord parce que sa raison d’être est d’attirer le regard et ensuite car il permet de se déplacer en tout confort rapidement d’un point A, soit d’une terrasse, à un point B, une autre terrasse, sans passer inaperçu.

Ensuite, son rayon d’action est assez limité par la contenance de son réservoir. Celle-ci ne fera pas du Bobber un voyageur, et le confort de sa selle non plus. Autant, elle peut paraître confortable pour se déplacer en milieu urbain autant partir en voyage sur de nombreux kilomètres le fessier sur le Bobber pourrait s’apparenter à une initiation SM.

Par contre, le châssis du Bobber est une vraie réussite, la moto se plaçant là où le regard va. La fourche absorbe parfaitement les irrégularités de la route et elle  amorti sans effet « pompe à vélo » souvent présent sur ce genre de machines. Les amortisseurs remplissent également leur fonction bien qu’ils soient un peu raides, certainement en raison de leur course courte.

Cela n’empêchera pas d’adopter un rythme un peu sportif le temps d’une virée, le tout bien aidé par le moteur joueur dont la traction parait sans limite. Le Bobber n’aura aucune peine à suivre la meute, hormis s’il y a des trappeurs parmi la meute.

Au fur et à mesure de ce test de longue durée, j’en suis venu tout à d’abord à me dire que la durée serait de toute façon trop courte tant ce Bobber est plaisant et ensuite au même constat tant il est gratifiant. Où que vous soyez quand quelqu’un le voit, le Bobber devient un merveilleux outil de communication avec l’engouement qu’il génère.

Conclusion :

Quel luxe pour un constructeur comme Triumph de pouvoir proposer une machine qui se situe à la limite de la petite série. Pas besoin d’en vendre des milliers pour être rentable et justement… vous ne croiserez pas de Bobber à chaque coin de rue ou chaque terrasse :-)

Au niveau dynamique, la Triumph fait dans le juste avec un twin vertical de 1’200cc coupleux à souhait. La partie-cycle fait le travail hormis le frein avant qui mériterait l’ajout d’un congénère pour mieux travailler.

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Le moteur
+
Le look
+
La qualité de fabrication
On a moins aimé :
-
Le freinage
-
La selle...
-
...monoplace

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Bonneville Bobber
Année :
2017
Catégorie :
Cruiser
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Bicylindre parallèle, 8 soupapes simple arbre à cames en tête calé à 270°
Cylindrée :
1197 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle multipoint
Performances
Puissance max. :
77 ch à 6'100 tr/min
Couple max. :
106 Nm à 4'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multi disques à bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
Cadre double berceau tubulaire en acier
Suspension AV :
Fourche téléscopique KYB Ø 41 mm
Course AV :
90 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur
Débattement AR :
77 mm
Pneu AV :
100/90 R19 (Avon spécial Bobber)
Pneu AR :
150/80 R16 (Avon spécial Bobber)
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Monodisque ø 310 mm, étrier Nissin 2 pistons
Frein AR :
Monodisque ø 255 mm, étrier 1 piston
Dimensions
Longueur :
2'235 mm
Empattement :
1'508 mm
Largeur :
800 mm
Hauteur de selle :
690 mm
Hauteur réglable de série
Poids à sec :
228 kg
Réservoir :
9.1 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Jet Black
 
Morello Red
 
Iron Stone
 
Competition Green / Frozen Silver
Catalogue
Prix de vente :
CHF 13'600.-
Prix de départ Jet Black. Autre couleur CHF 180.- et bi-color CHF 360.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Suzuki GSX-S 1000 Akrapovic Project : Le garage MM Ride récidive !
Vous connaissez déjà probablement les réalisations du Garage MM Ride !
Dumont Concept – Concept Bike 100% brésilien primé à Daytona
Une moto avec des roues de 1m50 de diamètre et un moteur d’avion Rolls Royce. Dément ! Extravagant ! Hallucinant ! Et pourtant, elle roule !
KTM 790 Duke – Une version R dans les cartons
Voici une nouvelle qui devrait réjouir notre Gonzo qui vient de tester la KTM Duke 790. Les principaux points faibles de la petite sœur de « The Beast » devraient bientôt être corrigés et la Duke version « medium » devrait donc s’équiper de suspensions et de freins de haute qualité.
SAROLEA MANX7 - Une concurrente de 1er choix pour l’Energica EGO
Sarolea est une marque de moto belge qui a connu son heure de gloire entre 1900 et 1962.
Le moteur de la Honda Fireblade dans un châssis inédit
Surpris sur le net ces derniers jours, un prototype badge Honda fait fureur et pourrait annoncer une nouvelle gamme d'engins sportifs et racés chez le premier constructeur mondial.
Le 115e d'Harley-Davidson à Prague
110'000 fans ont participé au 115ème anniversaire de Harley-Davidson à Prague.

Recherche

Hot news !

Yamaha Ténéré 700 World Raid épisode II - Stéphane Peterhansel à l'assaut des dunes du Maroc
L'épisode I du Yamaha Ténéré 700 World Raid nous avait laissé sur les pistes australiennes. L'épisode II met lui en scène une figure emblématique du Dakar pour Yamaha : Stéphane Peterhansel.
La KTM 390 Adventure surprise lors d'un roulage
L'arrivée du petit trail routier 390 Adventure avait déjà été annoncée par KTM, la voici maintenant en pleine phase de test.
La Yamaha T7 surprise lors d'un roulage à Milan
La très attendue Yamaha T7 vient d'être surprise lors d'un roulage dans les rues de Milan dans ce qui devrait être sa robe définitive preuve que sa présentation officielle devrait se faire à la fin de l'année.
Un châssis de S1000RR en impression 3D
Après la HP 4 Race et son châssis entièrement réalisé en carbone, le constructeur à l'hélice démontre encore aujourd'hui son savoir-faire et sa technologie avec ce châssis de S1000RR réalisé en impression 3D.
Essai Husqvarna Vitpilen 701 – Une vraie surprise
De retour sur les routes, Husqvarna explore de nouveaux horizons et propose, avec sa Vitpilen 701, un modèle ébouriffant, abouti et vraiment très très fun à rouler. On a testé la bête à Barcelone et on a aimé.
Essai Ducati Panigale V4 S - Nouvelle ère, nouvelle reine
Après 30 ans de bons et loyaux services, le bicylindre à 90° des Superbike Ducati est remplacé par un V4 ultra-technologique et sensationnel. La marque italienne prend un virage à... 90° dans son histoire avec sa Panigale V4.

Liens Partenaires